Nicolas de Condorcet, un scientifique au service de la vie publique

Biographie de Nicolas de Condorcet

4 semaines ! Voici déjà 4 semaines qu’Open Agora a mis en ligne ce blog. Et nous avons réussi jusqu’à présent à ne pas vous parler de Condorcet. Un petit exploit, tant la méthode de vote éponyme est au cœur de notre métier.

Cet article présentera le personnage Condorcet avec une biographie succincte accompagnée d’ une analyse d’une partie de ses travaux scientifiques, notamment de la mathématique sociale. Nous nous intéresserons, dans une prochaine publication, sur ses engagements politiques et philosophiques pendant la période chaotique de la fin du 18° siècle.

Biographie

Nicolas de Condorcet

Né en 1743 dans l’Aisne, Nicolas de Condorcet est issu d’une famille de nobles provinciaux. Après une scolarité forcée chez les Jésuites, il se fait rapidement remarquer par son intellect et ses capacités en mathématiques. Il est auteur de plusieurs ouvrages dans des domaines tels que les statistiques et l’arithmétique. Il est élu à l’Académie des Sciences en 1769. Par la suite, ce républicain convaincu occupe différents postes au sein du ministère des Finances de Louis XVI. Il y combine son raisonnement scientifique à des aptitudes politiques naissantes.

La période de la Révolution Française, le transforme en homme politique, engagé sur des sujets fondamentaux tels que la future constitution ou le système éducatif. Mais cet engagement politique en faveur du groupe politique Girondins provoquera son arrestation en 1794 pendant La Terreur. Il décédera après deux jours en cellule, sans que l’on réussisse à en déterminer la cause exacte.

Un mathématicien polyvalent

De par sa formation initiale en mathématique et une thèse soutenue en 1759 dans ce domaine, Nicolas de Condorcet a participé à la célèbre rédaction de L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert (1772). Ce dernier sera considéré par Condorcet comme l’un de ses maîtres à penser tout comme l’économiste Turgot.

Mathématicien de renom, il fera de nombreux travaux sur le calcul intégral, la géométrie et les probabilités au travers de différents ouvrages : Du calcul intégral (1765), Du problème des trois corps (1767), Mémoire sur le calcul des probabilités (1781). Turgot l’appelle au sein du Ministère des Finances en 1774. C’est à cette période que Condorcet va commencer à s’engager, à travers ses travaux scientifiques, sur des projets politiques ou de gestion de vie publique.

Le scientifique est reconnu pour ses travaux sur l’arithmétique politique entre 1770 et 1785. De quoi s’agit-il ? Ce terme désigne l’utilisation des chiffres en matière de gestion publique comme les statistiques de population, d’économie, de surfaces, etc.

Condorcet fera montre de son talent de mathématicien avec son ouvrage Essai pour connaître la population du Royaume (1783-1788). Il applique des notions innovantes de représentativité de la population pour l’époque. Il participe également au projet de réforme de cadastre. Cela vise à harmoniser les recettes fiscales du royaume et assurer un impôt régulier.

La mathématique sociale

A partir de l’arithmétique politique, le marquis va par la suite développer un raisonnement scientifique totalement novateur pour l’époque : la mathématique sociale. Selon Condorcet, il s’agit d’appliquer aux Sciences Humaines la rigueur et le raisonnement des Sciences de la Nature.

Explication !

Nicolas de Condorcet

Nicolas de Condorcet est imprégné tout au long de son cursus de la pensée des philosophes du siècle des Lumières. Selon eux, la science est la seule source de connaissances et de savoir. S’opposant à la superstition, la croyance ou l’obscurantisme de l’Église, la philosophie des Lumières s’appuie sur l’esprit et le raisonnement de l’Homme. Elle a permis une avancée formidable dans les Sciences de la Nature (Physique, Chimie, Biologie, Médecine,…).

Fréquentant plusieurs philosophes des Lumières parmi lesquels Voltaire ou d’Alembert, Condorcet va chercher à appliquer cette rigueur et ce raisonnement aux Sciences Humaines (Psychologie, Sociologie, Anthropologie,…). Selon lui, elles doivent contribuer au bonheur de l’Homme. Constatant que ces disciplines souffrent cruellement de la rhétorique et des certitudes qui les entourent, Condorcet encourage les chercheurs et philosophes des sciences morales à avoir une démarche scientifique basée sur l’observation des faits et le raisonnement. En témoigne son discours sur la mathématique sociale à l’Académie des Sciences en 1782:

« En méditant sur la nature des sciences morales, on ne peut en effet s’empêcher de voir qu’appuyées comme les sciences physiques sur l’observation des faits, elles doivent suivre la même méthode, acquérir une langue également exacte et précise, atteindre au même degré de certitude. »

Dans son ouvrage Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales (1793), le mathématicien pose les bases du raisonnement scientifique appliqué aux sciences morales. Il définit les termes de la mathématique sociale. Puis il énonce 5 théories mathématiques qui doivent précéder les hypothèses et jugements des Sciences Humaines.

Et maintenant ?

Cette thèse des mathématiques sociales sera reprise 150 ans plus tard par les chercheurs et mathématiciens G-T Guilbaud et G-G. Granger au travers de leurs différents travaux dans les années 1940 et 1950. Il en résultera la création du Centre de Condorcet en 1969 puis du Centre d’Analyse et de Mathématique Sociale (CAMS) en 1981.

CAMS - Condorcet

Si vous souhaitez en savoir plus sur la mathématique sociale de Condorcet, je vous invite à lire l’article de J Feldman (Condorcet et la mathématique sociale, Mathematics and Social Sciences, 2005). Mais également La mathématique sociale du marquis de Condorcet, de G-G. Granger (1956).

Le célèbre système de vote Condorcet s’inscrit, lui aussi, dans cette théorie de mathématique sociale. Il apporte un mode d’expression plus nuancé aux citoyens.

Conclusion

Tout au long de sa vie, Nicolas de Condorcet a été tour à tour philosophe, ingénieur, haut-fonctionnaire du royaume, académicien puis homme politique. Ces multiples domaines d’intervention lui seront souvent reprochés par ses adversaires, comme Robespierre qui écrivait à son propos:

« Il fut un grand mathématicien aux yeux des hommes de lettres, et un homme de lettres distingué aux yeux des mathématiciens ».

Cependant, on ne peut pas nier le rôle de Condorcet dans la Révolution Française. Notamment au travers de l’écriture d’une constitution et ses engagements précurseurs dans de nombreux domaines comme le droit des Femmes et la lutte contre l’Esclavage.


Autre article sur ce thème

La méthode de vote Condorcet

Partager / Share this...